Les migrants

Question orale n° 2 d'Isabelle WIRTH, conseillère municipale sur les migrants «Villabé choisit le Bon Sens - liste sans étiquette politique» sur les migrants

Conseil municipal 23 septembre 2015

Depuis plusieurs semaines, on parle de  "la crise migratoire", avec des dizaines de milliers de migrants qui fuient leurs pays.

Début septembre 2015, le président de la République a annoncé que 24 000 migrants en besoin de protection seraient accueillis par la France sur deux ans. Le ministre de l'intérieur a alors appelé les élus de France à la solidarité en leur demandant d'accueillir des réfugiés dans leur ville. Principale annonce pour cela, une prime de 1.000 euros par place sera versée aux communes créant des hébergements supplémentaires d'ici 2017, a indiqué le ministre.

Monsieur le Maire, concernant les migrants, quelle est la position de la municipalité et quelle est la politique envisagée ?


Réponse de M. Karl DIRAT, Maire


Primo Levi  a dit : Un homme tue un autre...L'humanité recule. Un homme sauve un autre...L'humanité progresse.

Face à la barbarie sans nom qui frappe les habitants de Syrie, rester indifférent équivaudrait a nous déchoir de notre humanité. Je parle avec réserve, car cette situation je l’ai vécu.
Je l’ai vécu avec confusion et sans grande compréhension car à l’époque je n’avais que quatre ans.
A cet âge, c’est la main de vos parents qui prend la votre, et vous guide, pour vous préserver de l’horreur et de l’extermination.
Donc bien évidemment, Villabé accueillera des migrants.
Cependant, nous serions coupables de nous livrer à un emballement médiatique et compassionnel de courte durée.
L’accueil sera durable et pour qu’il se déroule dans de bonnes conditions, nous conditionnerons cet accueil à notre capacité d’offrir une vraie trajectoire de vie aux personnes qui viendront chez nous.
Cela passe par un logement, un travail et une insertion dans la vie locale et sociale.
Or, plus de 181 Villabéens sont à la recherche d’un logement, certains vivent dans des logements insalubres, d’autres dans des garages, chez des amis, des parents dans l’attente d’un toit.
Par ailleurs, nous souhaitons aussi connaître le nombre de Villabéens prêts à accueillir des familles de migrants afin de pouvoir organiser nos services sociaux et l’accueil dans nos écoles, le cas échéant.