La maison médicale

Question orale n°1 du 06/05/2015 posée par Isabelle WIRTH , conseillère municipale « Villabé choisit le bon sens »

Conseil municipal du 06 mai 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison médicale

Vous projetez la construction d’une maison médicale sur la commune. Bien que plusieurs mois sont nécessaires pour l'étude de faisabilité et les concertations avec le conseil de l'ordre des médecins, l'agence régionale de santé, les professionnels de santé … Monsieur le Maire pouvez-vous néanmoins nous dire où en sont les prémices de ce projet, notamment en ce qui concerne :

  1. La localisation du projet : emplacement communal ou emplacement privé.
  2. Qui pilotera le projet ? la municipalité ou des privés.
  3. Quel en sera le financement ?

Réponse de M. Karl DIRAT, Maire

Nous avons été confrontés comme l’ensemble de ses patients, au départ sans préavis du docteur CHAPUI, et avons aussitôt recherché une solution. J’ai désigné Monsieur Fabrice ROUZIC et Mme Anissa LEROY chefs de projet pour notre municipalité. Nous avons réuni en novembre l’ensemble des professionnels de santé. Le Docteur TOUPENAY membre du Conseil de l’ordre des médecins s’est proposé de coordonner les actions afin de nous aider à trouver une solution. Il a réussi à intéresser un de ses confrères que nous avons rencontré en décembre dernier.
Malheureusement à ce jour, nous n’avons pas de réponse formelle quant à sa disponibilité pour rejoindre Villabé.
1- Localisation du Projet :
Nous avions envisagé dans un premier temps l’aménagement de la maison de l’instituteur afin de la transformer en cabinet médical pouvant accueillir deux praticiens. Cela nécessitait d’importants travaux en raison des règles d’accessibilité à respecter.
Les docteurs TOUPENAY et VITAL nous ont proposé, dans l’attente de la création d’une maison médicale d’accueillir dans leur établissement les médecins pressentis.
2 - Qui pilotera le projet ? La municipalité ou des privés ?
Nous sommes allés été visiter la maison médicale de Corbeil-Essonnes où nous envoyons les Villabéens qui contactent la Mairie à la recherche d’un médecin.
Nous avons rencontré son créateur, Monsieur NICOLLINI qui est aussi le membre fondateur de l’association « Espace Vie ». Il nous a fait part de son expérience dans la création de maisons médicales et nous poursuivons nos recherches avec le Docteur TOUPENAY qui se charge de coordonner les actions des professionnels de santé de notre commune. La création d’une maison de santé pluridisciplinaire ne s’improvise pas. A mon sens ce projet doit être piloté par des privés expérimentés en partenariat avec la municipalité qui facilitera toutes les démarches administratives. Toutes les solutions seront envisagées avec avantages et inconvénients
Quel en sera le financement ?
Vous avez pu le lire lors de la campagne pour les départementales, que j’ai demandé à nos nouveaux Conseillers-départementaux, Monsieur Jean Pierre BECHTER et Caroline VARIN d’aider la commune de Villabé pour la création d’une maison de retraite accessible à tous. Je ne désespère pas pouvoir trouver aussi des aides pour la création de cette maison médicale qui sera complémentaire à cet EPAHD. De toutes les façons les financements de notre maison médicale devront être en grande majorité privés.
Le modèle actuel privilégié par l’ARS nécessite un socle local de professionnels de santé regroupés dans une association porteuse du projet
Outre les aides financières, l’ARS peut apporter un soutien dont la forme varie en fonction de la phase considérée (projet ou fonctionnement) : étude des besoins, conseils, notamment en matière fiscale (conseil et expertise) et juridique (recherche du statut juridique le mieux adapté aux attentes et besoins des professionnels…), aide à la recherche de cofinancements, mise en place des systèmes d’information, développement d’activités innovantes (éducation thérapeutique…), conclusion de partenariat avec l’université pour l’accueil d’étudiants…
Une fois crée, la maison médicale peut bénéficier d’aides au fonctionnement si elle présente un projet dont le Directeur général de l’ARS apprécie la cohérence avec le volet ambulatoire du SROS et si elle s’inscrit dans un projet territorial défini par l’ARS au regard des besoins de santé et de l’implication des acteurs locaux.
Pour conclure, les projets pilotés directement par les villes ne sont plus soutenus aujourd’hui, il faut un projet émanant de la communauté de la santé répondant aux nouveaux modes d’exercices de ces professions. Nous poursuivrons avec pugnacité ce projet et participerons le 4 juin prochain à Villabé l’assemblée générale de l’association « Espace Vie » qui rassemblera pas moins de 140 professionnels travaillant dans ce domaine.