Question 41: abstention mise en compatibilité du PLU

Catégorie : Vos questions, nos réponses
Publication : mercredi 23 décembre 2015

Question 41 (du 17/12/2015): Bonjour, hier j’ai assisté au conseil municipal de Villabé et j’aimerai savoir pourquoi «  Villabé choisit le Bon Sens » s’est abstenu concernant le point n°3A ayant pour objet: prescription de la procédure de déclaration de projet et de mise en compatibilité du PLU et fixant les modalités de la concertation pour l’île de Moulin Galant.


Comme vous le mentionnez « Villabé choisit le Bon Sens » s’est abstenu concernant le projet de réaménagement de l’île de Moulin Galant - programme de 156 logements sociaux, car nous n’avons pas eu connaissance du cahier des charges.


En effet, un cahier des charges a pour objectif de définir et de décrire tous les détails et les spécifications du projet à réaliser. Pour être plus précis, nous n’avons aucun détail sur plusieurs points dont voici des exemples :

  • Le plan masse et l’approche bioclimatique: La qualité d’implantation de l’opération représente un enjeu majeur dans la réussite (orientation et compacité du bâti, disposition des constructions les unes par rapport aux autres, organisation des dessertes, patrimoine végétal existant, ressources locales en énergie, offre de services et de transports, etc.). Le projet doit être issu du croisement de ces différentes logiques afin de proposer la meilleure insertion urbaine et environnementale.
  • Les performances environnementales des constructions: En concordance avec une démarche de développement durable ambitieuse, trois thèmes sont appelés à être étudiés avec soin : l’énergie, l’eau et les matériaux
  • La réglementation: Le projet doit être conforme à l’intégralité de la réglementation en vigueur, et respecter entre autres, les exigences des documents locaux d’urbanisme, ainsi que toute autre réglementation relative à la zone du projet comme PPRI (Plan de Prévention des risques d’inondations de l’Essonne)
  • La qualité d’usage: La notion d’usage doit être maîtrisée sur tous les aspects du projet pour satisfaire les besoins de chacun des acteurs de l’opération : locataires, gestionnaires et collectivités locales.

Ainsi, il nous est difficile de juger de la faisabilité et de la viabilité du projet, sans avoir pu traiter tous les aspects. Car pour être crédible, il ne faut affirmer que des choses vérifiables.
 

Question 40: projet de rénovation de l'avenue du 8 mai 1945

Catégorie : Vos questions, nos réponses
Publication : mardi 17 novembre 2015

Question 40 (du 05/11/2015): Le 03 novembre 2015, vous avez assisté à la présentation du projet de rénovation de l’avenue du 8 mai 1945 présenté par la municipalité. Qu’en avez-vous pensé ?

 

 

 

 

 

 1.Tout d’abord, que ce soit pour informer des projets de la vie municipale ou pour consulter  les administrés sur des projets, la démarche de ces réunions est positive, car elle permet aux citoyens de débattre d’enjeux quotidiens et de leur cadre de vie.

2. Concernant le projet de rénovation en lui-même, il se décompose de la manière suivante.

Réhabilitation des réseaux d’assainissement-Enfouissement des réseaux-Requalification des espaces publics

Ce projet ne présente aucun changement concernant les flux de circulation, si ce n’est la portion de route entre la place Roland Vincent et la place du Pâtis qui propose de faire cohabiter via un simple marquage au sol, piétons, voitures poids-lourds et deux roues, il n’y aurait donc plus de trottoir matérialisé sur cette partie.

Nous sommes convaincus que cette zone particulière de circulation en agglomération «  appelée zone de rencontre » introduite dans le code de la route en juillet 2008 qui cherche à faire cohabiter de manière apaisée dans un même espace les piétons et les véhicules n’est pas adaptée à l’avenue du 8 mai 1945 de Villabé. La mise en place de ces zones peut être astucieuse lorsque le quartier est peu perméable à la circulation, ce qui permet d’aménager des espaces publics plus conviviaux.

Ici, nous sommes dans la principale artère du village où le trafic de transit est important. De ce fait, ce dispositif nous parait non seulement inadapté, mais il procurera un facteur d’insécurité notamment pour les enfants qui fréquentent le collège ou l’école Jean Jaurès.

Avant de s’engager dans cette opération, dont le coût estimé est de 1.350.000 euros, nous pensons que l’avenue du 8 mai 1945 doit faire l’objet d’une réflexion globale et s’inscrire dans un plan de circulation pour l’ensemble de Villabé.

Afin de sécuriser :

  • les déplacements des piétons
  • le croisement des véhicules venant de la mairie et ceux sortant de la place Roland Vincent,
  • la visibilité réciproque

« Villabé choisit le Bon Sens » propose de lancer des phases test de quelques mois dans le but de reconsidérer le sens de circulation sur une portion de route, soit avec le double sens qui devient sens unique et/ou expérimenter des feux tricolores.

Quelle que soit la mesure prise, cela ne va pas aller sans contrariétés, car il s'agit de changer non seulement des habitudes, mais aussi les mentalités, avec pour objectif, améliorer la sécurité de tous.

Question 38: Votes contre les terrains de sport

Catégorie : Vos questions, nos réponses
Publication : mercredi 7 octobre 2015

Q 38 (du 07. 10.2015): nonjour, je suis villabéen depuis 45 ans. Je suis heureux d’avoir trouvé à travers vous «Isabelle» comme beaucoup vous appelle, une personne qui a les pieds sur terre, qui n’a pas peur de prendre position dans le bon sens. Grand sportif sur la commune, pouvez-vous m’expliquez pourquoi vous avez voté contre le projet du terrain synthétique de foot et contre les tennis couvert, alors que vous soutenez le milieu associatif ?


Monsieur, tout d’abord merci pour vos compliments à l’égard d’Isabelle WIRTH.

Concernant les votes, en effet «  Villabé choisit le Bon Sens » a voté CONTRE les points 04G (Recherche de subventions pour le futur terrain de football synthétique de Villabé) et point 04H (Recherche de subventions pour le futur tennis couvert de Villabé) lors du conseil municipal du 23 septembre 2015.

Comme Isabelle Wirth l’a expliqué (lors de son intervention n°3 au conseil municipal du 23 septembre 2015), nous préconisons de décaler ces projets.

Ces votes sont une mise en garde en période de crise économique.

L’enveloppe financière prévisionnelle de 1 600 000 euros (800 000 € pour le terrain de football synthétique et 800 00 € pour les terrains de tennis couverts) nous paraissent des dépenses excessives.

Aujourd’hui, il ne faut pas oublier que la commune doit faire face notamment à :

  • la hausse des charges de fonctionnement avec le coût de plus en plus élevé des sources d’énergie, de l’eau, de l’électricité, des charges sociales et salariales …
  • des dépenses supplémentaires suite à la mise en place des nouvelles activités périscolaires (NAP)
  • à la baisse des dotations de l’état
  • l’engagement de la commune, comme par exemple les 392 724,17 € HT de marchés passés au mois d’août 2015 pour la transformation de l’ancienne gare de Villabé en maison des associations.
  • l’inconnu : En 2016, la commune devra-t-elle payer des pénalités proportionnelles au nombre de logements sociaux manquants par rapport au nombre fixé par loi SRU (solidarité et au renouvellement urbains). En effet, il est effectué chaque année un prélèvement sur les ressources fiscales des communes n'atteignant pas l'objectif fixé des logements sociaux.

Anticipation et réflexion sont les maîtres mots pour conduire une politique en matière de finance. Si nous ne voulons pas que les impôts sur notre commune augmentent, il faut faire des choix  qui passent par diminuer les dépenses de la commune.

Question 39: réunions organisées par les affaires scolaires

Catégorie : Vos questions, nos réponses
Publication : mardi 17 novembre 2015

Q 39 (du 16. 10.2015): Bonjour, mes enfants sont scolarisés à Villabé. On m’a dit que lorsque Madame WIRTH était maire adjoint en charge des affaires scolaires, celle-ci organisait des réunions très constructives avec les représentants des parents d’élèves, l’inspecteur d’académie, les directeurs d’école et le personnel communal et qu’à cette occasion, la possibilité était donné d’apprécier la qualité des repas servis à la cantine, grâce à diverses dégustations.
Je voudrais savoir en quoi consistaient ces réunions, pourquoi cela n’existe plus avec monsieur DIRAT et comment faire pour que cela revienne ?

Ces réunions scolaires et périscolaires qu’avaient instaurées madame Isabelle WIRTH lors de ses différents mandats de Maire adjoint se manifestaient par :

  • une fréquence de trois réunions d’informations et d’échanges par an auprès des différents acteurs du temps de l’enfant.
  • la présence des participants suivants :
    • la communauté éducative (directeurs d'écoles, Inspecteur d’académie de l’éducation nationale, représentants élus des parents d'élèves, représentants du village d’enfants, le prestataire de service de la restauration scolaire)
    • le personnel communal du service scolaire et périscolaire
    • les élus de la commission scolaire et périscolaire
  • les objectifs:
    • Faire se rencontrer les représentants élus des parents d'élèves des groupes scolaires Ariane et J Jaurès, les représentants de l’éducation nationale, le personnel communal, les élus.
    • Informer et échanger à partir des questions qui se posent au niveau scolaire et périscolaire.
    • Participer à des ateliers de réflexion multi-partenariaux (ex : rôle des parents d’élèves élus, rôle des conseils d’écoles, fonctionnement du village d’enfants, évaluations scolaires, restauration scolaire, l’enfant et ses déplacements : domicile/école, école/sorties scolaires, l’étude du soir …)
    • Connaître les structures municipales existantes pour les enfants et visiter les différents lieux d’accueil (écoles, centre de loisirs …)
    • Partager les repas, afin de tester la qualité et l’équilibre alimentaire des repas servis.

La création et la mise en place de ces réunions scolaires et périscolaires ne revêt pas un caractère obligatoire pour une municipalité. Ainsi, la nouvelle municipalité n’a pas tenu bon de conserver ces réunions de concertations et d’informations.

À vous de contacter Monsieur le maire afin de lui présenter votre demande.

En vous remerciant.

Question 37: votes différents pour l'acquisition de la propriété Manka

Catégorie : Vos questions, nos réponses
Publication : mercredi 7 octobre 2015

Q 37 (du 30. 09.2015): pourquoi «Villabé choisit le Bon Sens» ne vote pas la même chose concernant l’acquisition de la propriété MANKA lors des différents conseils municipaux ?

Merci d’avoir posé cette question. Beaucoup de Villabéens nous la pose. En réalité, nos votes sont différents car ils s’agit de deux propriétés MANKA différentes localisées a des endroits différents sur la commune.



Concernant la propriété cadastrée n° 286 au 06 rue Gabriel Péri - Villabé

Nous avons voté POUR. Il s’agit d’un bâtiment en ruine qui va être démoli par la municipalité. Le lieu sera aménagé en parking.

Concernant la propriété cadastrée n° 294  au 4 rue Pierre Curie - Villabé

Nous avons voté ABSTENTION.

Nous sommes :

  • pour l’achat de cette propriété inoccupée depuis 1997 et en état d’insalubrité.
  • mais contre le projet envisagé par la municipalité à savoir, augmenter l’emprise foncière pour un projet de logement ( cette propriété se situant à coté de celle de la maison Rigault où sera réalisé des logement sociaux ». De plus, cette propriété Manka est située dans une impasse où d’autres riverains ont un droit de passage. A étudier !